top of page

Chroniques de la semaine


lundi - Jour de pleine lune des Castors, elle est particulièrement intense, elle nous prépare à l'hiver, "elle nous invite à laisser aller sa créativité et sortir de sa zone de confort pour vivre des aventures hors du commun, elle nous incite à développer les relations aux autres, retrouver des amis, jouer de fines négociations et même à flirter". Je lis, je cherche, je. veux comprendre. "Accueillir et partager sa parole dans un environnement sans jugement et ouvert à la vulnérabilité sera bénéfique dans cette période du cycle lunaire." La magie opère, à partir de ce jour-là et durant toute la semaine, des amis silencieux depuis plusieurs semaines reprennent contact ! J'accueille !

J'entends :

"Si quelqu’un se jette d'une falaise, tu n'es pas obligée de faire pareil "

Ce soir-là, j'improvise une dinette autour de mes belles assiettes chinées et de mon chandelier à cinq branches qui s'illumine sur la grande table en bois, une belle amie blonde fait son entrée dans mon théâtre. On parle, on s'écoute, on se raconte, c'est la synthèse de nos vies de ces trois derniers mois.

J'accueille ! Je dois réfléchir à "LA FATALITE".


 


mardi - je relis mon texte de mon livre auto-édité en 2018 "Entre chienne et louve", je l'envoie à une petite maison d'édition…

J'écris :

"Le silence comme un temps de réponse"

Le soir, je suis bouleversée par le visionnage du film "Sybil" de Justine Triet avec Virginie Efira et Adèle Exarchopoulos. Dans ce film, résonne en moi tellement de passion, de souffrance extrêmement intimes… il parait qu'il n'y a jamais de hasard ! J'accueille !

Je dois réfléchir à "L'AMOUR".


 

mercredi - C'est la journée psy ! En 45 minutes top chrono, le petit réveil faisant foi, je travaille sur la semaine écoulée de mercredi à mercredi. C'est dense, intense, tellement salvateur, tellement riche de compréhensions… J'accueille ! Vient le rituel de l'allongé, de la clope et du carnet grand ouvert en terrasse du café juste en face. Qu'il pleuve, qu'il vente, qu'il fasse soleil, c'est le cérémonial du mercredi. Je surligne :

"La magie est partout."

En d'autres temps, en d'autres lieux, dans une autre vie, j'étais en CDI au 4/5 ! Ce jour-là, c'était la journée des enfants ! C'était la promenade en forêt, les expositions, le ménage, les courses, la charge mentale aussi, donc… Aujourd'hui, c'est la sauvegarde de l'espèce ! J'invite Maximin, 18 ans, de toutes ses belles putain de dents, à me rejoindre dans Paris. J'ai encore à cœur que ses beaux yeux s'ouvrent très grands à la beauté du monde, aujourd’hui mercredi, ce sera Chéri samba au Musée Maillol. Et la magie opère… évidemment ! Il est à noter pour plus tard, que la moquette était aussi superbe, que la scénographie d'une exposition est primordiale…

J'accueille !

Je dois réfléchir à "L'INJUSTICE".



 

jeudi - Je frotte, j'embellie, mes belles trouvailles chinées la veille dans la rue. Je ne lâche rien… Le soir en compagnie de Maximin, je me prends une belle claque au lancement de la 9ème édition des Premières Scènes Hip-hop de la Maison de la Musique de Nanterre, avec la conférence dansée de la chorégraphe Nach "Nulle part est un endroit". Dans le noir de la salle, je gribouille :

"Quand tu es seule au beau milieu de nulle part, personne n'est là pour te juger. Personne n'est là pour rire de tes explorations. Et là, tu oses. Seule au milieu de nulle part, tu te rencontres pour la première fois. C'est pour cela qu'à toutes et à tous, je vous souhaite une très belle solitude." Nach

Je dois réfléchir à "LA TRANSMISSION".


 

"Cendrillon, drôle d'oiseau" Les Voix Élevées – Les Mains dans le Cambouis ©ADELAP.COM


vendredi - Il fait très froid. Trop. Je me permets le luxe d'allumer le chauffage dans mon appartement-atelier. J'erre, je lis, je procrastine, je fume, je bois du café. Et je me décide enfin à envoyer le fameux mail à la dame qui nous a permis de revivre l'injustice dans toute sa splendeur, un court mail agrémenté de textes de loi qu'elle affectionne tant… Nous sommes vendredi, le silence de la non-réponse du week-end m'apaisera…

“ L'art de scander le temps, de le mesurer, de l'étirer, de le démultiplier. “

En début de soirée, je me motive à braver le froid et à sortir de ma zone de confort toute relative vers un No man's land parisien. Je m'intime l'ordre d'un challenge pour un atelier d'écriture dans un centre d'Art… Je m'écris dans un nouveau carnet :


- 7 femmes

- 1 pull rouge

- 3 pulls noirs

- femmes, jeunes, sous des néons clignotants

- des amandes, des clémentines, des bières fraiches

- fin de novembre

- enfin

- il fait froid

- j'ai trop chaud

- frigo à réparer

- aller fumer une clope

- du béton partout

- écrire

- parler

- écouter

- acheter du PQ

- observer

- s'observer

- m'observer

- écrire une liste

- rester

- partir

- apprendre

- se taire

- être mal à l'aise

- boîtes à déclasser

- demain

- bientôt

- me tirer de nouveau une balle dans le pied

- se lancer des défis

- freiner des 4 fers

- se regarder

- s'analyser

- élaborer une nouvelle fuite

- partir

- rester

- une spirale infernale

- acheter 20 bouteilles de Ricard pour la fête de Chloé

- et 20 bouteilles de Coca pour fêter Maximin

- partir

- sortir prendre l'air

- ne rien comprendre à l'instant qui se joue

- partir

- rester

- rédiger mon testament


Je leur lis ce texte à voix haute.

Je pars…

Je dois réfléchir à "LA CONFIANCE EN SOI".


 

samedi - Le matin, à l'heure d'un grand crème dans un grand verre à 3€, c'est la possession dans mes bras d'un BB de bientôt 9 mois lundi, pendant que la maman va faire pipi dans un bar en choc thermique. Etrange sensation totalement oubliée…


Le soir, c'est l'heure du don. Don de soi. De la confiance partagée. De l'intime. De la confidence. C'est le soir des retrouvailles, avec le temps qu'il fait, le temps qui passe… C'est aussi la (re)découverte d'une soirée improbable où il est question de banquet, de vivants, de transmission (?), de gratitude, de rencontre, de réfléchir ensemble, d'action après la réflexion, d'observatoire des artistes, de disponibilité, de valeurs, de racines, de la frustration, "il y a des choses qui ne se disent pas ", du renouveau, d'actes de résistance, de nourriture de l'esprit, de l'espoir, du désir d'éternité, du sensible, de choses précieuses, de la consolation joyeuse…

" Conjuguer les arts pour mieux évoquer le réel"

Ce soir-là, ma très grande et belle Danseuse issue de mon exposition "Comme si j'étais dans mon corps" est confiée à l'intérieur d'une très belle femme…

Je dois réfléchir au "SILENCE".


 


dimanche - Au réveil, j'écris dans mon carnet :

" Je chine pour vous. A la recherche d'une table, d'un objet, d'une œuvre ? Je chine pour vous. A la recherche d'un tapis, d'un tissus, d'une robe ? Je suis là pour vous."

Point, fermer les guillemets…

Voir grand, voir plus grand, toujours plus grand…

Moi je veux…

Et quelques lignes plus loin, dans ce même carnet, ce même matin :

" Chroniques de la semaine. Tout ce que je n'ai pas le temps de dire, de partager, de "mitrailler" sur mes évènements, mes grandes découvertes, mes questionnements…" Me voici, donc, pendant que quelques flocons de neige s'écrasent docilement sur les toits, ce nouveau rendez-vous hebdomadaire.


Je dois réfléchir au "GRAND TOUT".


 

Je vous invite à me partager vos ressentis. Je vous invite à partager cette toute première chronique hebdomadaire sur les réseaux sociaux, à votre maman, ami, enfant… à. l'humanité !

Je vous invite à réfléchir avec moi… MERCI Alexandra de Lapierre - dimanche 3 décembre 2023


 


bottom of page